fbpx
Anémone de terre

Anémone de terre

Anémone de terre

Ceratiomyxa fruticulosa – Buisson cireux (Myxomycète)

Point de photo sous-marine ici. Le Buisson cireux profite des bois morts saturés d’eau et de chaudes journées pour étendre de délicats « tentacules » d’une fragilité extrême. Cette espèce n’est vraiment pas rare pour qui y prête suffisamment attention. À condition de ne pas hésiter à scruter les vieilles souches et grosses branches détrempées, le spectacle peut être spectaculaire par la superficie qu’il peut prendre (plusieurs dizaines de centimètres). Et tout cela à partir d’une seule cellule !

Le 23 juillet 2015 à Morcenx (Landes, France)

Rassemblement sur feuille de fougère

Rassemblement sur feuille de fougère

Rassemblement sur feuille de fougère

Didymium sp.

Didymium sp. – Myxomycète

Pas de racines, comme pour les végétaux ou de filaments mycéliens, comme chez le champignon ! Non, le « myxo » est une énorme et unique cellule, qui se déplace, « rampe » sur la surface et dans les interstices de son substrat, à la recherche de nourriture… Quand les circonstances météorologiques et alimentaires le justifient, la cellule s’organise, se rassemble pour former ces petites structures qui dissémineront les spores. L’aspect global des formes qui portent les spores, appelées carpophores ou sporophores, permet le plus souvent de classer les myxomycètes dans plusieurs grandes familles. Ici, le pied jaune orangé et la « tête », le peridium, sphérique et granuleux par la présence de cristaux calcaires, rapprochent ce spécimen de la famille des Didymium. Mais c’est uniquement l’étude microscopique des spores qui permettra la détermination précise de l’espèce !

Le 15 novembre 2015 à Chauvigny (Vienne, France)

La forêt rousse

La forêt rousse

La forêt rousse

Arcyria (aff. denudata) – Arcyrie dénudée

Pas de sécheresse, ni de « rouille » d’automne sur cette photo mais la couleur naturelle rouge vif de l’Arcyria denudata, un petit myxomycète qui produit ces petits plumeaux. Sur ce cliché, les sporocarpes du myxomycète sont parvenus à maturité et ont déjà libéré un grand nombre de spores découvrant ainsi la structure porteuse comme autant de branches. À ce stade et à la différence des champignons, il est tout à fait possible de prélever et de conserver au sec les myxomycètes dans des petites boîtes. C’est ainsi que certains mycologues les collectionnent et constituent des « herbiers ».

Le 27 juillet 2015 à Morcenx (Landes, France)

L’armée minuscule

L’armée minuscule

L’armée minuscule

Cribraria argilacea – Myxomycète

La concentration de sporophores, leur alignement régulier : c’est un véritable défilé. D’abord flasque amas couleur pétrole, ce myxomycète va former ces petites boules montées sur pied qui se concentrent et deviennent brunes et pâteuses à la manière de l’argile dont il emprunte le nom. De là à y voir l’armée endormie des soldats chinois en terre du mausolée de l’empereur Qin…

Le 31 mai 2014 à Sèvres-Anxaumont (Vienne, France)

Rassemblement sur une aiguille

Rassemblement sur une aiguille

Rassemblement sur une aiguille

Leocarpus fragilis – Léocarpe fragile

Plus encore que les champignons traditionnels, les myxomycètes sont, le plus souvent, difficiles à repérer. Ils imposent un rythme particulièrement lent dans leur prospection, un regard attentif et surtout la recherche dans les zones les plus humides où ils aiment évoluer. Aussi parfois, ou plutôt la plupart du temps, la rencontre avec M. Blob (ici sur une aiguille de pin maritime) se produit alors que le regard s’est porté sur un tout autre sujet et que le myxomycète se révèle grâce à cette halte provoquée.

Le 26 décembre 2015 à Moliets (Landes, France)

 

 

Pin It on Pinterest