fbpx
Invité d’honneur à l’expo photo du Club de Béruges

Invité d’honneur à l’expo photo du Club de Béruges

affiche Exposition du Club photo de Béruges 2021

Mystérieux mycètes

Photographies d’une biodiversité discrète à ras le sol

Invité d’honneur du Club photo de Béruges (Vienne)

Seulement les samedi 27 et dimanche 28 novembre 2021

Plus d’information sur leur site :

www.clubphotodeberuges.com/manifestations-photographiques/

J’y serai présent de 10h à 12h et de 14h30 à 18h30. J’y dédicacerai également mon ouvrage “Mystérieux Mycètes”.
Au plaisir de vous y rencontrer.

Une cohabitation pacifique

Une cohabitation pacifique

Le portrait, au sein de leur biotope partagé,
de deux champignons fort dissemblables :
par la taille et les couleurs cela va de soi, mais également par leur inégalité de structure. Et ce n’est pas le plus grand qui est le plus fort. Comme pour ce spécimen, beaucoup de russules ont les lames cassantes comme des amandes effilées et toutes ont le pied cassant comme un morceau de craie.
À l’opposé, la Calocère visqueuse mérite bien son nom : en plus d’être glissante comme une anguille, elle est quasiment élastique, au point d’être très difficile à détacher du sol.
Le triomphe de David sur Goliath en somme…

La forêt rousse

La forêt rousse

Pas de sécheresse, ni de « rouille » d’automne sur cette photo mais la couleur naturelle rouge vif de l’Arcyria denudata, un petit myxomycète qui produit ces petits plumeaux.
Sur ce cliché, les sporocarpes du myxomycète sont parvenus à maturité et ont déjà libéré un grand nombre de spores découvrant ainsi la structure porteuse comme autant de branches.
À ce stade et à la différence des champignons, il est tout à fait possible de prélever et de conserver au sec les myxomycètes dans des petites boîtes. C’est ainsi que certains mycologues les collectionnent et constituent des « herbiers ».

Soleil noir

Soleil noir

Une observation formelle : privé de son pied détachable et vu de dessous, ce Panéole révèle l’architecture circulaire classique des champignons à lames. Jouant le contre-jour avec le soleil et malgré la chair sombre de cette famille de champignons, la lumière traverse, tant bien que mal, le chapeau de ce spécimen fragile. Entre nuances circulaires et volutes des lames, je ne peux m’empêcher d’interpréter cela comme l’iris d’une créature fantastique ou un soleil sombre dardant ses rayons.

La grand-voile

La grand-voile

Grand-voile, grand-voile… Tout est relatif !
Il faut rester dans des proportions modestes car le marasme blanc fait partie des petits champignons qui profitent des orages dès la fin du printemps pour fructifier dans un temps très court.
Il n’empêche… Fixé par un pied brunâtre, grêle et plutôt court, le chapeau se déploie largement comme un parasol ou une voile de spi.
En le regardant par le dessous, la forme des lamelles permet à coup sûr l’identification : pas de lames régulières, elles sont interveinées, anastomosées formant des plis épais avec le chapeau.

Stalactites fongiques

Stalactites fongiques

Avec ses aiguillons porteurs de spores en forme de stalactites, le Faux-hydne gélatineux ressemble au comestible Pied-de-mouton que vous connaissez peut-être.
Mais comme son nom latin le laisse deviner, la ressemblance s’arrête là car ce champignon est mou, élastique, complètement gélatineux, sans intérêt gustatif. Il appartient à une autre famille, celle des Trémellacées, dont les autres espèces forment des masses gélatineuses
globuleuses noires, jaunes ou blanches sur des branches mortes plus proches des champignons noirs de la cuisine asiatique.
On retrouve ce champignon sur les troncs et les souches des pins morts saturés d’humidité, dès la fin de l’été.

Prolongation Champignons & Cie au muséum de La Rochelle

Prolongation Champignons & Cie au muséum de La Rochelle

Prolongation Champignons & Cie au muséum de La Rochelle

Affiche de Champignons et Cie, Muséum de La Rochelle 2021

C’est officiel et c’est enfin ouvert au
Muséum d’Histoire Naturelle de La Rochelle.

Champignons et Cie

Photographies d’une biodiversité discrète à ras le sol

Nouvelle expo au Muséum d’Histoire Naturelle de La Rochelle

Depuis le 19 mai 2020 et jusqu’à fin 2021
(prolongation)

Et c’est un immense plaisir d’être ainsi exposé dans ce muséum que j’affectionne tant et ce depuis que j’y trainais mes baskets de gamin fasciné et un peu effrayé dans la galerie zoologique…

Extrait du programme :

” À travers le regard de Vincent Lagardère, photographe enthousiaste des merveilles cachées de la nature qui nous entourent, venez découvrir les champignons comme vous ne les avez jamais vus. Des collections d’aquarelles du muséum et de la Société des sciences naturelles de la Charente-Maritime compléteront le panel de l’infinie biodiversité des « mystérieux mycètes » !”

Quelques photos de l’expo en cours de montage (mars 2021)

Mystérieux mycètes, le livre

Mystérieux mycètes, le livre

Mystérieux mycètes, le livre

Mystérieux mycètes

Une biodiversité discrète de formes et de couleurs

17€ Net + frais d’envoi
Texte et photos : Vincent Lagardère
80 pages, 115 photos.
Couverture souple dos carré collé cousu.

Disponible à la vente en librairies à Poitiers, lors des expos et sur ce site.

Champignon… ce nom évoque l’automne, une balade en forêt et une bonne omelette. Certes, certes… mais si, à la lecture de ce livre vous aviez l’envie d’en savoir un peu plus à leur sujet, alors je vous aurai communiqué un peu de ce pourquoi ils me passionnent. Car les mycètes, champignons d’après le grec mykês, sont partout, en toutes saisons et ne révèlent à nous, créatures de la surface, qu’une petite partie d’eux-mêmes.

Photographier les champignons a été l’occasion de s’y intéresser de plus près. Apprendre que ces organismes ne sont ni végétal, ni animal et forment un règne du vivant bien à part avec son rôle (sans champignons, pas de forêt). Constater comment ils forment des architectures complexes et variées. Ce livret, prolongement d’une exposition, fait la part belle aux graphismes, aux jeux de texture, aux constructions éphémères que s’ingénient à produire ces organismes. En plus des champignons, je vous invite également à découvrir d’autres « mycètes » : les myxomycètes, organismes encore plus discrets. Ces créatures « ultra-terrestres », ni animales, ni végétales, sont des formes unicellulaires ; elles se déplacent comme tous les animaux. Puis quand les conditions le justifient, elles se fixent pour produire des spores à l’aide de petites structures visuellement proches de celles des champignons.

Un photographe nature est forcement sensible aux questions écologiques. Le seul endroit où vous n’avez aucune chance de trouver un champignon : un champs traité. Rouille, cloque du pêcher, etc. sont des champignons parasites potentiellement ravageurs de récoltes. Mais, c’est aussi oublier que d’autres champignons, en symbiose, régulent et apportent eau et nutriments à la plante. Cette biodiversité nous est encore bien trop discrète, absentes des considérations environnementales. Pourtant avoir une meilleure perception de leurs rôles dans l’équilibre des écosystèmes est une occasion à ne pas rater. Qui sait… Les champignons sauveront peut-être le monde !

Pin It on Pinterest